La Tisseuse, une maison à partager

Nous constatons au quotidien l’isolement, le sentiment d’abandon et la perte de repères ressentis par les publics de nos ateliers. Pour cela, nous travaillons à recréer du lien entre les participants en rassemblant différentes associations autour de projets communs, valorisant pour tous.
 

Pour nourrir notre travail autour de "Quelle qu’en soit l’issue !", spectacle abordant les conquêtes sociales à travers le temps, nous nous sommes replongés dans l’histoire du mouvement ouvrier belge. Tout cela nous a rapidement amenés à une évidence : selon nous, le spectacle devait se dérouler au sein d’une maison qui ferait référence aux Maisons du Peuple, aux maisons communes, de l’époque, afin de permettre à l’histoire de se raconter et aux publics de se rencontrer.
 

A travers ce concept de Maison à Partager, la compagnie travaille sur ce qui rassemble et non sur ce qui divise.

A Liège, en mai 2105, La Tisseuse, une maison à partager a accueilli, en plus de la présentation du spectacle "Quelle qu’en soit l’issue !", des activités culturelles, solidaires et rassembleuses menées par des acteurs associatifs, culturels et d’éducation permanente de la région.
Nous avons fabriqué du pain avec des familles, accueilli un slameur pour mener des ateliers d’écriture, organisé un bal et des projections de film. Nous avons, par ailleurs, offert un lieu d’exposition et avons marché à la rencontre des populations accompagnés de la fanfare du quartier.

 

La Tisseuse, une maison à partager s’est trouvée à Liège du 4 au 23 mai 2015, dans les bâtiments du CPCR, à Bruxelles du 16 au 24 mars 2016 à la Maison du Peuple de St-Gilles et à nouveau à Liège du 8 au 25 mai 2018.

 

 

 

 

 

 

 

 


Les activités n’ont pas été choisies par hasard. Elles permettent de mettre en lien différents secteurs qui ne collaborent pas forcément au quotidien et, ainsi, de réinterroger le collectif.

 

Atelier d’écriture slam

 

Le slam est une forme d’expression contemporaine permettant à tout un chacun de dire ce qu’il ressent, de pouvoir très concrètement donner de la voix. Nous avons ainsi offert aux participants la possibilité de travailler à la création de textes slammés autour de la thématique "on n’est pas seuls".
Les textes sont écrits en atelier sont présentés devant un public lors d’une scène ouverte.

Fabrication de pain

 

Le fabrication de pain fut, à l’époque des maisons populaires, l’une des premières activités mises en place. Elle répondait en effet à un besoin vital : se nourrir. La préparation du pain est peu coûteuse et à la portée de tous.

Aujourd’hui, il redevient important pour beaucoup de familles de prendre de l’autonomie concernant la nourriture. La fabrication de pain est une activité ludique, en plus d’avoir une forte valeur sociale.
Les ateliers « pains du monde » ont été respectivement proposés par des femmes issues d’un des ateliers de notre compagnie, par des stagiaires du Centre Liégeois de Formation, ainsi que par un groupe issu de la Maison des Femmes d’Ici et d’Ailleurs. Chacun s’est terminé par un goûter ouvert à tout un chacun où le pain a pu être dégusté à peine sorti du four.

 

Bac « Incroyables Comestibles »

En profitant du projet rassembleur et solidaire que représente la Maison à Partager, le CPCR, en collaboration avec le SAS (Services d’actions sociales - AMO), a réalisé un bac « Incroyables Comestibles - nourriture à partager ! », intitulé cette fois-ci «Incroyables Patates du Nord. Ce bac se trouve sur la place des Déportés à l’entrée du quartier Saint-Léonard.
L’objectif de ce projet international est d’installer des bacs de légumes ou d’herbes aromatiques dans les espaces publics et de gérer collectivement leur pérennité. Le projet se base sur les principes suivants : initiative citoyenne, réappropriation de l’espace public, gratuité et nourriture locale.

Tout le monde peut cueillir, planter, arroser !

Bal

 

Les bals populaires étaient des moments festifs, où l’on pouvait s’exercer à de nouvelles danses, faire des rencontres et oublier ses tracas : de beaux moments de cohésion sociale, loin du quotidien. 
Des habitants du quartier, amateurs de musique et de moments festifs, ont imaginé une animation dansée qui reprend l’histoire de la musique à travers le 20ème siècle. Le lien avec notre projet était évident. Nous avons donc choisi cette animation pour la soirée de clôture du premier événement.

Projection de films

 

Nous avons choisi, à chaque fois, un film portant un propos qui a du sens par rapport au contexte de projection et dont l’esthétique artistique est intéressante. Nous avons également veillé à programmer des films pouvant attirer un public diversifié, afin de briser un instant les barrières entre les populations. Par exemple, "Jimmy’s Hall" de Ken Loach, une des sources d’inspiration du projet, fut projeté dans la Maison à Partager. Ainsi que des documentaires réalisés par des associations du quartier, comme les films "Mon voisin ce héro", réalisés par le collectif A contre Jour.

 

Exposition

 

A Liège, nous avons mis en place une exposition abordant l’histoire des maisons populaires et le contexte qui a entouré leur construction. Cette
exposition nous fut aimablement prêtée par le PAC Liège.

Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines. (Proverbe mexicain)
follow us :
  • Facebook Social Icon